Le projet « CART France » : un outil unique en Europe pour l’innovation

16 décembre 2022 Raphaelle SURUN

Le projet « CART France » : un outil unique en Europe pour l’innovation

Monsieur Toulemonde a 75 ans. Pas de maladie de Parkinson, pas d’Alzheimer, il est par chance plutôt commun. Monsieur Toulemonde va bien mais il a deux maladies chroniques bien suivies.

Il a décidé de consulter le Pr Piau, gériatre et expert en e-santé au CHU de Toulouse, en espérant avoir des pistes pour rester autonome et mener sa vie comme il l’entend.

Monsieur Toulemonde vit seul et il est à risque : de chute, de malaise, d’AVC. Il a bien une montre connectée qui prétend donner l’alerte mais il sait qu’une fois l’accident arrivé il est parfois trop tard. Pourtant on le répète en boucle : mieux vaut prévenir que guérir.

Quand le Pr Piau lui a parlé de son projet de maisons connectées, qui permettraient d’utiliser l’intelligence artificielle pour intervenir les jours AVANT l’accident, Monsieur Toulemonde a tout de suite accepté d’y participer. Le tout grâce à de simples capteurs installés dans sa propre maison.

Faut avouer que ça amuse pas mal ses petits-enfants de savoir qu’il est le papi le plus connecté d’Occitanie.

Le Pr Piau est chroniqueur au Magazine de la Santé sur France 5 : il sait expliquer les choses simplement. Et il lui a bien dit à Monsieur Toulemonde : des projets de maisons intelligentes, ce n’est pas ce qui manque, mais un réseau d’une telle ampleur et dont les données sont traitées par son hôpital de proximité et des médecins d’aussi haut niveau, ça c’est inédit !

Le Pr Piau est parti plus d’un an aux Etats-Unis dans le centre le plus avancé au monde sur ce sujet, ORCATECH, il collabore avec eux et pense que nous pouvons faire encore mieux.

Ce projet garantit un label scientifique unique en France.

Pas d’inquiétude :

  • ni sur l’aspect intrusif, car on oublie les capteurs au bout de 2 jours
  • ni en termes de sécurité : les données sont fiables et stockées en France, sous le contrôle du CHU

C’est rassurant pour M. Toulemonde. On connait le sérieux de notre communauté médicale derrière ce projet.

Et c’est ce passage à l’échelle aussi qui est innovant. L’objectif c’est en effet d’équiper 100 maisons dans les 3 ans, en ville comme à la campagne. En d’autres termes : doter l’Occitanie d’un living lab géant unique au monde et renforcer ainsi l’excellence de la Région dans ce domaine. Car un objectif non caché est aussi de faire de Toulouse le centre européen leader sur les objets connectés de santé !

M. Toulemonde est un ancien de l’aéronautique et il a toujours pensé que sa région, grand terreau technique et médical devrait avoir plusieurs cordes à son arc, et la rencontre du médecin et de l’ingénieur peut faire des étincelles !

Pr Piau lui a expliqué que pour chaque maison, il fallait compter un budget de 6 000€.

Disons qu’avec 30 000€, on peut déjà équiper 5 maisons, financer les capteurs, l’installation, la maintenance, l’analyse des données.

Y’a une certaine fierté à participer à un projet d’une telle ampleur et se dire que l’Occitanie serait pionnière avant de déployer ce projet sur le territoire national.

Vous vous demandez peut-être pourquoi le CHU ne peut pas financer ça ? Eh bien, même quand on est le 1er CHU de France, on ne peut pas tout financer. C’est pourquoi le CHU fait appel aux dons, au travers de sa structure de mécénat, l’Institut Saint-Jacques, pour défendre sa cause. Et l’Etat accompagne quand même ces projets puisqu’il verse 60 à 66% de la somme sous forme de réduction fiscale.

Le rôle de l’hôpital n’est pas uniquement de pratiquer la santé mais de fédérer les individus et les acteurs privés autour de l’amélioration de la qualité de santé. Dans un pays en bonne santé, l’individu comme les entreprises se portent mieux. 

Et vous, vous êtes comme M. Toulemonde, vous avez envie de rester en bonne santé le plus longtemps possible ?

Parce que battre le record de longévité, c’est bien mais le faire en bonne santé, c’est mieux non ?